Actualités

Actualité betteravière

Le 13/02/2015

Défendre votre futur revenu avec France-Betteraves

Avec le nouveau cadre règlementaire qui supprime les quotas sucre et donc le prix minimal réglementaire de la betterave à compter du 1er octobre 2017, l’existence de France-Betteraves demeure impérative pour faciliter la conclusion de futurs accords interprofessionnels nationaux. Or l’adhésion initiale de ses membres, qui remonte à l’année 2006, va bientôt arriver à son terme. En conséquence, France-Betteraves vient de lancer une campagne de renouvellement des adhésions. Car l’association doit rassembler le maximum de planteurs pour pouvoir négocier, en cas d’absence d’accord interprofessionnel, avec chacune des entreprises industrielles, la vente de leurs betteraves. Pour ce faire, le moment venu, France Betteraves pourra prendre la forme d’une organisation de producteurs ou d’une association d’organisation de producteurs, en fonction du cadre réglementaire qui prévaudra.
Pour mémoire, France Betteraves comporte plusieurs collèges (un collège par fabricant privé et un collège pour les non coopérateurs), chaque collège comportant une ou plusieurs sections permettant un maillage de toute la France betteravière. Sont concernés par France Betteraves l’ensemble des planteurs livrant à des sociétés privées (Saint Louis Sucre, Lesaffre à Nangis, Ouvré à Souppes-sur-Loing) et des planteurs non-coopérateurs livrant à Cristal Union ou Tereos. Ainsi, tous les planteurs concernés viennent de recevoir une lettre du président de France-Betteraves, Jean-Pierre Dubray. L’adhésion à cette association nécessite le versement d’une cotisation de 10 € par exploitation pour l’année 2015/2016. Cette démarche est très importante pour défendre le futur revenu. Pour preuve, l’association France-Betteraves, qui a été créée en 2006 avec l’ambition de regrouper les planteurs dans une Organisation de Producteurs (OP), a par sa seule existence facilité la conclusion des accords interprofessionnels depuis 10 ans.


Source: Le Betteravier français