Actualités

Actualité biocarburants

Le 12/07/2013

Le mode de calcul des ILUC contesté

Alors que les débats sont vifs autour de la notion de changement indirect d'affectation des sols (ILUC), Alexandre Gohin, chercheur à l’INRA de Rennes, a publié mi-juin sur le Web un article qui remet en cause les modèles utilisés sur l’évaluation de l’impact des ILUC provenant des biocarburants. Alexandre Gohin fait partie de l’équipe des chercheurs de l’INRA qui ont travaillé sur les ILUC du développement des biocarurants. Or il estime que l’ensemble des outils de modélisation utilisés dans les travaux actuels ne tiennent pas compte de l’augmentation des rendements agricoles. 

La commission environnement du Parlement européen, dont Corine Lepage est la rapporteure, a par ailleurs proposé le 11 juillet, un plafonnement des biocarburants de 1ère génération à 5,5 % dans les transports en 2020 au lieu des 5% proposés par la Commission européenne.
 
La commission du Parlement reconnaît que la science n’est pas encore mature sur les ILUC, mais elle maintient cependant le plafonnement par principe de précaution tout en s’alignant sur la Commission européenne en proposant de recourir à l’artifice des comptes multiples virtuels pour les productions issues de déchets et résidus et de 2ème et 3ème génération et ce, afin d’atteindre l’objectif de 10% d’énergies renouvelables en 2020.
Et en forçant sur l’électrique puisqu’elle propose, à côté des biocarburants, un objectif de 2 % pour l’électricité et de 2 % pour les biocarburants avancés.




Source: Le Betteravier Français